Les prescriptions de Céline

  • Hotel Surrender

    Chet Faker

    • 16 Juillet 2021

    CHET FAKER EST DE RETOUR !
    Le prodige australien de 32 ans, aussi connu sous son vrai nom Nick Murphy, revient avec 'Hotel Surrender', nouvel album planant qui regorge de pépites indie pop. On fond pour " Get High ", qui mêle à la perfection swing et funk au piano ou encore le très percutant " Whatever Tomorow ", pièce maitresse de cet opus. Définitivement l'album que l'on attendait pour l'été 2021 !

  • Primeiro disco

    Jose

    • 25 Juin 2021

    CHANTEUR ET GUITARISTE DE STUCK IN THE SOUND. " UN PREMIER ALBUM SOLO ÉLECTRO-POP , SOLAIRE, DANSANT ET ESTIVAL. "
    Avec son titre évocateur, 'Primeiro Disco' s'apprécie comme un voyage inaugural à la rencontre des diverses influences, biographiques, culturelles et musicales, de José. Berceau familial de l'artiste, le Portugal imprègne de sa présence ce premier album à travers un choix linguistique évident et l'esquisse, au fil des chansons, d'un panorama coloré.
    Cette excursion si personnelle que nous offre José enveloppe le disque d'une atmosphère intimiste. Particulièrement perceptible dans les morceaux acoustiques, elle se découvre d'abord dans l'éveil tout en douceur de 'Fugir', dont les arpèges dépouillés se font le socle d'une voix estompée. Ce même thème, celui d'un exil inévitable, que l'on retrouve dans la folk épurée de 'O Berço da Terra'. Sur 'Primavera', la guitare s'accompagne de choeurs amples, donnant par là une tonalité presque sacrée à ce morceau très personnel, dont l'intensité témoigne de l'empreinte du fado.
    Et si le portugais s'associe avec naturel aux humeurs mélancoliques qui parsèment cet opus, la langue peut aussi se faire malléable et devenir le réceptacle d'une pop dansante et rayonnante. L'entraînant 'José, José, José!', une déambulation onirique où l'artiste part à la recherche de son identité, devient ainsi un hymne accrocheur qui se chante à tue-tête. Une énergie dont nous avions eu les prémices avec les refrains lumineux, bien que teintés de nostalgie, de 'Dada'. Ces envolées pop trouvent leur aboutissement dans le chant exalté de 'Paraiso' et ses réverbérations cristallines.
    A plusieurs reprises, le portugais s'efface au profit de l'anglais, à l'image des élans groove d'Intentions, sur lequel s'invite une voix féminine complice. Un parti pris qui ouvre la porte à de nouvelles pistes et tempère les sonorités chaudes de l'album. Sur les nuées de piano de 'Easy', la voix se fait ainsi sophistiquée et vient mêler les deux langues pour un chant plaintif à l'humeur fiévreuse. Une émotion également mise en exergue dans la ballade 'Avalanche'.
    La poésie vocale qui domine l'album est alternée d'interludes instrumentaux aux tonalités électro. L'échappée symphonique 'Magic escape', traversée de nappes synthétiques et de voix hachées, offre une première approche et ouvre ainsi la voie à des instrumentaux aux tendances clubbing comme le progressif 'Beyond Doubt' ou le track paré de pulsions house 'Facif'. C'est avec le seul titre en français, 'Sanguine', que se conclut l'album. Un morceau électrique et sensuel qui trouvera sa place dans une playlist nocturne.
    Primeiro Disco est brillamment orchestré. Harmonisés, les titres créent une identité musicale riche et viennent ainsi sublimer toute une palette d'émotions, aussi intenses que variées. Et sans jamais se défaire d'une étrange mais typique mélancolie, la 'saudade', l'album résulte en un premier disque solaire, dansant et estival.

  • Live in London

    Hvob

    • 26 Mars 2021

    HVOB sort son premier album live et un documentaire de tournée de 77 concerts à guichets fermés à Buenos Aires, New York,
    Mexico et le Funkhaus Berlin, escales dans 34 pays et quatre continents: la tournée mondiale de Rocco en 2019 a une fois de
    plus souligné le rôle joué par le duo viennois HVOB dans le monde de la musique électronique. L'un des moments forts de la
    tournée a été à Londres le 13 avril, dans "Electric Brixton". La soirée avait déjà été planifiée à l'avance sous forme d'album,
    beaucoup d'efforts ont été consacrés à son enregistrement dans son intégralité. "Live in London" sera le premier album live de
    HVOB. Un court documentaire de Nicola von Leffern sortira en même temps que l'album. Le réalisateur de Hambourg a
    accompagné HVOB en tournée et il offre un aperçu très intime et non filtré de la vie musicale et des aspects routiniers de la
    tournée pour le duo HVOB normalement timide, Anna Müller et Paul Wallner. HVOB travaille actuellement sur un nouvel album
    studio dont la sortie est prévue au printemps 2022.

  • Cette compilation de chansons ne se veut pas un reflet historique de la musique populaire du "monde arabe". C'est une sélection très personnelle de chansons que nous avons appris à aimer chez Habibi Funk. C'est une musique qui, historiquement, n'a jamais existé en tant que genre musical unifié. Nous pensons qu'il est important de faire cette distinction et de faire comprendre à l'auditeur que la majorité de la musique de cette compilation ne provient pas des noms très connus du spectre musical de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Au lieu de cela, le corps final compilé pour ce disque se compose de quelques - au moins pour nous - perles de niche et artistes souvent négligés; résultant en une gamme variée de styles allant du funk d'orgue égyptien, des sons disco du Maroc, un exemple de la scène reggae animée de la Libye, des chansons politiques du Liban, de la musique de bande sonore d'Algérie, une union musicale entre le Kenya et Oman, et bien plus encore.
    La photo que nous avons choisie pour cette couverture pourrait en quelque sorte être vue comme une allégorie des sons que nous présentons sur l'étiquette. Il représente le compositeur algérien Ahmed Malek dans un bar de crème glacée lors de son séjour au Japon pour l'Exposition universelle d'Osaka, 1970. Il a dit plus tard que sa visite au Japon et en particulier la culture manga a laissé une marque distinctive sur la façon dont il a créé ses propres compositions. Dans cet esprit, il se sent comme une représentation visuelle appropriée pour la musique de cette compilation.

  • Nights cuts

    Mind The Beatz

    • 18 Juin 2021

    Duo hip hop composé de ZOËN aux machines et de FYSH aux platines, MIND THE BEATZ sort son premier album 'NIGHTS CUTS'.
    Dense et cinématographique, l'album oscille entre samples de B.O. et breakbeats poussiéreux, en passant par des morceaux clairement trip hop.
    Le groupe instrumental est de retour sur scène en 2021 avec un tout nouveau Live.
    MIND THE BEATZ propose désormais un son plus électronique et plus communicatif, dans le but non dissimulé de faire la fête avec le public.

  • We Are

    Jon Batiste

    • 19 Mars 2021

    Jon Batiste présente son 4e album chez Verve Records : " We Are ".
    Après avoir composé de la magnifique BO de Soul, le dernier film d'animation signé Pixar, le multi-instrumentiste de renommée mondiale pour ses apparitions dans le Talk-Show " Stephen Colbert " dévoile ici un album puissant et universel. C'est un nouveau chapitre musical profondément ancré dans l'actualité qu'il ouvre avec cet opus, puisant dans une multitude de genres différents, prenant son inspiration dans le Gospel, le Funk le R&B et bien sûr le Jazz. Il y aborde les thèmes qui lui sont chers, développant son engagement sur la cause noire aux États-Unis au travers de son expérience entre la Nouvelle-Orléans et New York. Il s'entoure sur " We Are " d'un impressionnant casting de musiciens avec Mavis Staples, Quincy Jones, Zadie Smith, PJ Morton, Trombone Shorty...
    Jon Batiste livre l'album de la maturité, qui plus que jamais atteint son but : utiliser la musique pour rendre le monde meilleur.

  • Gold-diggers sound

    Leon Bridges

    • 23 Juillet 2021

    Gold-Diggers Sound est le nouvel album de Leon Bridges. Cette collection de morceaux R&B est née après de longues nuits éveilles au
    studio du même nom, à Los Angeles. Ce nouvel album reflète l’expérience immersive de Leon, qui a imaginé et produit sa musique à Est
    Hollywood, dans la même pièce où il a vécu, travaillé et bu pendant
    deux ans. Le lien spirituel unissant Leon en tant qu’artiste et le studio
    lui-même était si importante qu’il a choisi de nommer l’album en hommage à ce lieu.
    4 ans après ses deux derniers albums salués par la critique, Leon
    Bridges, la «nouvelle étoile de la soul américaine» annonce la sortie
    de son nouvel album Gold-Diggers Sound pour le 23 juillet et dévoile
    un single inédit, Motorbike. Le titre est accompagné d’un sublime
    clip, réalisé par Anderson Paak.

  • Private space

    Durand Jones, The Indications

    • 30 Juillet 2021

    Le groupe américain dépasse la soul/funk de ses précédents albums avec brio en
    ajoutant des touches disco
    "Private Space", le troisième album du groupe, est une vibration encore inexploitée au coeur de The Indications.
    Poussant au-delà des limites du funk et de la soul de leurs précédents albums, "Private Space" ouvre la porte à
    un plus large éventail de sons et se lance audacieusement dans un monde de soul moderne synthétique et de
    rythmes disco. C'est un disque intemporel, frais mais tout aussi familier que votre disque préféré bien usé. Mis au
    point après avoir été séparé pendant une grande partie de l'année, ce nouvel album est créatif, explosif et
    parvient à bouleverser les attentes. Ses 10 morceaux sont à la fois une fantaisie d'évasion et un recentrage bien
    nécessaire après une année 2020 tumultueuse. Tout au long de l'album, The Indications met en évidence une
    résilience collective, ainsi que le pouvoir d'une bonne chanson à être une lumière dans l'obscurité. Durand Jones
    et The Indications ont longtemps fourni la bande-son soul de ces pensées profondes, à la fois sur scène et sur
    votre platine. Mais alors que le monde se remet lentement du chaos de l'année dernière, "Private Space" arrive
    au bon moment.

  • Carnage

    Nick Cave, Warren Ellis

    • 18 Juin 2021

    "Carnage" l'album surprise de Nick Cave et Warren Ellis. Bien qu’ils aient déjà composé et enregistré ensemble et que Warren Ellis soit un membre de longue date de Nick Cave & The Bad Seeds, c'est la première fois qu'ils sortent un album entier écrit et composé à 4 mains.
    Ce dix-huitième album de l’Australien mêle la poésie rimbaldienne et ses obsessions de toujours avec le souffle
    épique de son compagnon de route. Un album de prières, de preacher, taillé pour le royaume des cieux, qui nous
    accueille en son sein.
    Après deux intenses oeuvres de deuil ('Skeleton Tree', 'Ghosteen') sur lesquels l’Australien livrait sa peine après
    la mort d’un de ses fils, suivies d’une belle prestation en solitaire (piano, voix), Cave se tourne à nouveau vers
    le monde extérieur.

  • Orient

    Hiroshi Sato

    • 16 Février 2018

    Album culte et ultra rare de synth-pop baléarique du japonais Hiroshi Sato datant de 1979, Orient sort pour la première fois en France. Entouré par la crème des musiciens japonais dont Shigeru Suzuki (guitare), Haruomi Hosono (basse), Tatsuo Hayashi (batterie) et Pecker (percussions), Hiroshi Sato (claviers, synthés) délivre tout au long de cet album un superbe mélange de synthpop japonaise et d'exotica matiné d'une subtile touche de funk façon Herbie Hancock 70s et d'AOR. On y retrouve notamment les classiques "Son Go Kuw" et "Do-Jo". Must-have selon Gilles Peterson, l'original s'arrache aujourd'hui à prix d'or. Avec un remastering intégral à pa rtir des bandes originales, Wewantsounds a attaché le plus grand soin pour cette réédition disponible en CD et LP deluxe qui inclut un insert 4 pages avec les notes originales du journaliste Yasufumi Amatatsu traduites en anglais ainsi que la liste des musiciens titre par titre.

  • Saravah!

    Yukihiro Takahashi

    • 4 Octobre 2019

    Wewantsounds est ravi d'annoncer la ressortie de Saravah!, le premier album solo de Yukihiro Takahashi. C'est l'un des albums japonais les plus marquants des années 70, sorti en 1978 à un moment clé où, après son passage chez Sadistic Mika Band, Takahashi vient juste de rejoindre le Yellow Magic Orchestra. Mix sophistiqué de disco funk, synthpop, d'ambient, d'exotica et de bossanova, l'album a les allures classieuses d'une virée nocturne dans le Paris des années 70 et forme le chaînon manquant entre la scène city pop de la fin des années 70 et l'ère synthétique de YMO qui était sur le point de révolutionner la scène musicale. Durant les mois précédant l'enregistrement du premier album de YMO qui allait révolutionner la musique, Yukihiro Takahashi entre en studio avec ses deux compères, Ryuichi Sakamoto et Haruomi Hosono, pour d'enregistrer Saravah! avec la crème de la scène japonaise. Takahashi puise son inspiration en France dans l'oeuvre de l'artiste et producteur français Pierre Barouh, qui avait introduit la bossanova en France en 1966 avec "Samba Saravah" et avait ensuite lancé Saravah Records. Saravah! commence par deux classiques français et italiens ("Volare" et "C'est Si Bon") réarrangés en mode exotica avec de subtiles touches de synthétiseur, tandis que "Saravah!" clin d'oeil à Pierre Barouh, a l'allure d'une bossanova suave avec de superbes arrangements pour cordes arrangées par Ryuichi Sakamoto. L'album devient plus rythmé avec "La Rosa", aux accents funk mid-tempo soulignés par le beat de Takahashi et soutenu par la basse très efficace de Haruomi Hosono, l'orgue Hammond de Sakamoto et la guitare fluide de Shigeru Suzuki. La première face se termine par une incroyable version synthé du classique Ellingtonien "Mood Indigo", annonçant la révolution midi à venir avant que l'affaire se funkfie sur la face 2, à commencer par le superbe instrumental disco "Elastic Dummy" signé par Ryuichi Sakamoto avec la encore des arrangements de cordes et de cuivres complétés par les solos de Sakamoto et du guitariste Tsunehide Matsuki. L'album passe ensuite à l'ambiant synthétique de "Sunset" avant de revenir en mode nightclubbing avec "Back Street Midnight Queen". Comme "Elastic Dummy" le titre est à présent un titre culte pour les DJ city pop. Saravah! se termine sur une note parfaite avec le magnifique titre "Present", une chanson pop parfaitement conçue que Takahashi voulait faire dans un mode city pop, mettant en vedette une superbe mélodie et des arrangements de grande qualité. La bande son idéale pour une promenade matinale dans les rues de Paris, illustrée par les photos de Masayoshi Sukita figurant sur la couverture de l'album. Album sophistiqué plein de fun, Saravah! donne un aperçu unique du caractère versatile des musiciens de YMO sous l'égide de Yukihiro Takahashi au moment clé où les trois musiciens allaient passer à un son dominé par les synthétiseurs, moment superbement capturé par Saravah!.

  • Beautiful life

    Nojazz

    • 15 Novembre 2019
empty