Bernard Pivot

  • C'est l'histoire d'un homme qui vient d'avoir 82 ans. Déjà ?
    Jadis, il était toujours pressé, il régnait sur le monde de la culture et il se sentait invincible. Aujourd'hui, à la retraite, c'est plus calme : les défaillances du corps, les anxiétés de l'âme, la peur de perdre ses vieux amis qui forment une bande de joyeux octogénaires. Une autre vie commence. Avec le plaisir de pouvoir enfin prendre son temps et le perdre.

    À travers ce narrateur qui lui ressemble comme deux gouttes de vieux bourgogne, Bernard Pivot raconte le grand âge à sa façon. Curiosité, lucidité, humour, c'est bien lui.
    Et c'est bien sa manière de proposer une petite leçon de gouvernance individuelle où chacun trouvera quelques recettes pour vieillir heureux.

  • On s'arrête tout à coup de lire. Sans pour autant lever les yeux. Ils restent sur le livre et remontent les lignes, reprenant une phrase, un paragraphe, une page. Ces mots, ces simples mots, ne nous évoquent-ils pas notre enfance, un livre, une querelle, des vacances, un voyage, la mort, des plaisirs soudain revenus sur nos lèvres ou courant sur la peau... Décidément la mémoire n'en fait qu'à sa tête. Imprévisible et capricieuse, elle aime bien déclencher sur moi des ricochets semblables à ceux obtenus par ces petites pierres plates que je faisais rebondir sur la surface étale des étangs et des rivières de mes jeunes années. C'est sans doute pourquoi elle interrompt aussi mes lectures pour des bagatelles, des sottises, des frivolités, des riens qui sont de nos vies des signes de ponctuation et d'adieu. B. P.Un autoportrait piquant, faussement léger, diablement intime. Julien Bisson, Lire.Un pur bonheur de lecture et de style.  Pierre Vavasseur, Le Parisien. 

  • « On déguste des phrases. On savoure des textes. On boit des paroles. On s'empiffre de mots. Écriture et lecture relèvent de l'alimentation. Mais la vérité est tout autre : ce sont les mots qui nous grignotent, ce sont les livres qui nous avalent ».

    Bernard Pivot raconte l'histoire d'un homme qui, malgré ses succès de romancier - invitation à Apostrophes, consécration au Goncourt -, a toujours eu l'impression d'être mangé par les mots. D'être leur jouet plutôt que leur maître.

    Un hommage malicieux, inventif et drôle aux hôtes du dictionnaire, une déclaration d'amour fou à notre langue !

  • V comme Vendanges.
    I comme Ivresse.
    N comme Nectar.

    « Je n'évoque ici que ce que je connais, j'aime et qui me passionne. Il y a de l'autobiographie, des lectures, des souvenirs de cuvage, de cave, de table. Voici cependant l'essentiel : le vin, c'est de la culture. La culture de la vigne, mais aussi de la culture pour l'esprit.
    Il existe une expression qui traduit bien le rôle social du vin dans notre pays : «vin d'honneur». Ce Petit Dictionnaire amoureux voudrait être un joyeux vin d'honneur. » Bernard Pivot

  • Je n'évoque dans ce Dictionnaire amoureux du Vin que ce que je connais, j'aime et qui me passionne. Il y a de l'autobiographie, des lectures, des souvenirs de cuvage, de cave, de table... Voici cependant l'essentiel : le vin, c'est de la culture. La culture de la vigne, mais aussi de la culture pour l'esprit. C'est cette vertu d'un produit universel de consommation que ce livre a l'ambition de rappeler, dans un temps où le vin n'est pas bien considéré. Peut-être s'étonnera-t-on due je parle souvent avec légèreté et amusement d'un sujet qui humecte notre bouche et notre âme ? C'est ma manière de le prendre au sérieux. J'ai le vin gai. Pourquoi mon encre serait-elle acide, revêche ou épaisse ? Il existe une expression qui traduit bien le rôle social du vin dans notre pays : " vin d'honneur ". Ce Dictionnaire amoureux voudrait être un joyeux vin d'honneur. B.P.

  • " Courir le guilledou ", " Faire la sainte Nitouche ", " En baver des ronds de chapeau ", " Se monter le bourrichon ", " En avoir sa claque ", " Changer de crèmerie ", " Laisser pisser le mérinos " Nées pour la plupart de la verve populaire, les expressions ont de la couleur, de la saveur, de la tchatche, de l'humour, de la drôlerie, de la cruauté, de la sagesse, de la poésie. Pourtant, certaines vieillissent, passent de mode, paraissent de plus en plus énigmatiques. Pourquoi ne pas en sauver quelques-unes de l'oubli qui les menace comme j'avais réussi à redonner du tonus à certains mots ? Vous aussi, tirez de votre conversation ou de votre mémoire des expressions en voie de disparition. Rappelez-vous, amusez-vous, inventoriez, fichez, employez, osez, étonnez, ayez de l'expressivité... En route, mauvaise troupe ! Fouette, cocher ! Et que ça saute ! B. P.

  • Mots autobiographiques, mots intimes, mots professionnels, mots littéraires, mots gourmands... Tous ces mots forment un dictionnaire très personnel. Mais les mots de ma vie, c'est aussi ma vie avec les mots. J'ai aimé les mots avant de lire des romans. J'ai vagabondé dans le vocabulaire avant de me promener dans la littérature. B. P. [...] un dictionnaire très personnel où se mêlent la truculence, l'intime pudique et parfois la caducité du lexique, sans prétention. Par courtes touches, Pivot dresse non pas son autoportrait l'homme ne cède jamais à l'impudeur mais une épure vivante de ce qu'il est, de ce qu'il fut. Thierry Clermont, Le Figaro littéraire.Pivot aime réanimer les mots perdus, oubliés, délaissés, leur donner une seconde chance, nous persuader de leur nécessité. Il s'y révèle fleur bleue, sentimental, coquin, sensuel, dévoilant, avec pudeur, ses amours [...]. Jean-Claude Raspiengeas, La Croix.


  • Les Dictées de Bernard Pivot :
    loeintégrale

    « La grammaire est une chanson douce, comme dit Erik Orsenna, et, même si elle contient des mots vaches, la dictée est une ludique et aimable façon de tirer la langue aux mots pour ne pas en avoir peur. »
    B. P.

    Voici loeintégrale des « dictées de Pivot », avec celles de Micheline Sommant, accompagnées de leurs corrigés détaillés, de tests, de jeux pour soeentraîner ou pour apprendre, de conseils et doeastuces. Pour tous les amoureux de la langue française qui adorent défier ses difficultés et jouer avec les mots, seuls ou en famille, voici une véritable bible, amusante et instructive, à laquelle ont collaboré les spécialistes du jury des Dicos doeor.

  • «À la fin d'Apostrophes, en 1990, Bernard Pivot avait accepté de se livrer avec moi à un jeu régulier de questions et réponses écrites qui avait abouti au Métier de lire.
    C'était la première fois que l'animateur d'une grande émission culturelle s'expliquait sur son travail, sa technique, ses trucs et sur l'étrange métier qu'il avait fait pendant quinze ans : lecteur public !
    À la fin de Bouillon de culture, et à l'occasion du passage de son livre en Folio, Bernard Pivot récidive, complète et conclut.
    Une expérience unique.».
    Pierre Nora.

  • « On s'emploie avec raison à sauver toutes sortes d'espèces d'oiseaux, d'insectes, d'arbres, de plantes, de grosses et de petites créatures bien vivantes, mais menacées de disparition. Et si on travaillait à sauver des mots en péril ? »

  • « J'aime les tweets parce qu'ils partent en silence, circulent en silence et arrivent en silence. Les tweets sont des chats. » Grâce aux tweets, ces messages qui ne peuvent dépasser 140 signes, Bernard Pivot a redécouvert le plaisir de faire court. Avec humour, fantaisie et pertinence, il livre ici une sorte de journal très personnel constitué d'observations, de réflexions, d'aphorismes et de citations, que découvrent chaque matin ses 290 000 abonnés du réseau Twitter.

    « Pour lui, le tweet, dont il propose une anthologie délirante où rôdent Proust, Malraux, Colette, Léautaud, Sagan, Hugo, Mallarmé et consorts, qu'il fait voyager par le truchement de son lance-pierre verbal, est propice à toutes les expressions, qu'elles soient politiques, littéraires, amoureuses ou même philosophiques. » Jean-Louis Ezine, Le Nouvel Observateur.

  • Connaissez-vous la « questionnite », cette maladie étrange qui consiste à poser des questions sur tout, tout le temps et à tout le monde ?
    Adam Hitch en est atteint depuis son plus jeune âge. C'est même grâce à cela qu'il est devenu un intervieweur vedette. Le problème : cette curiosité maladive ne s'arrête pas une fois les micros coupés. Épouse, amantes et amis subissent les assauts répétés de cet obsédé de la question...
    Adam Hitch ? Bernard Pivot ? Ce roman drôle et tendre ne serait-il pas une autobiographie déguisée ?

  • Spectacle enregistré au théâtre Jean Piat de Canet-en-Roussillon le 25 janvier 2015, dans lequel Bernard Pivot partage ses souvenirs.
    Réalisation Stéphane Lebon.

    Les amateurs du CD seront contents d'écouter Bernard Pivot en voiture ou avec leur smart phone.

  • Quels sont les livres à découvir en priorité ? les oeuvres fondamentales à lire ? les auteurs les plus importants ? les textes de référence, mais aussi les curiosttés marginales ? les romans, les biographies historiques, les recueils de poèmes, les mémoires, les essais philosophiques, les documents scientifiques mais aussi les polars, les BD, les albums de cinéma ou les manuels de gastronomie ? les grands ouvrages sur l'aventure, sur la guerre, sur les religions, sur l'Antiquité ? Comment choisir ? Par où commencer ? Dans quelle édition ?
    A toutes ces questions et à mille autres que se pose un lecteur, La Bibliothèque idéale permet enfin de répondre. Pratique, instructive et divertissante, voici une sélection commentée de près de 2 500 ouvrages de tous les pays, de tous les genres et de tous les temps Le système de classement inédit de La Bibliothèque idéale permet de satisfaire les goûts comme les besoins des lecteurs les plus divers. Les titres choisis l'ont été sans autre parti pris que celui du plaisir et de l'intérêt. Réalisée avec la collaboration de très nombreux spécialistes, La Bibliothèque idéale est le livre des meilleurs livres du monde. De plus, chacun peut le compléter et le corriger à l'infini...

  • « ''La grammaire est une chanson douce'', comme dit Erik Orsenna, et, même si elle contient des mots vaches, la dictée est une ludique et aimable façon de tirer la langue aux mots pour ne pas en avoir peur. Les candidats aux Dicos d'or, les téléspectateurs qui font la dictée, aiment tous le français, comme on aime un bon co-pain un peu compliqué et farceur, ou un vieil oncle savant, strict, bavard, espiègle, fascinant, qui a toujours le mot pour rire, un mot de passe et le mot de la fin. »

    Bernard Pivot

    Chaque année, près de trois millions de téléspectateurs et
    cinq cent mille candidats se passionnent pour les dictées de Bernard Pivot Les voici pour la première fois toutes rassemblées, ainsi que celles de Micheline Sommant, accompagnées de leurs corrigés détaillés, de tests, de jeux pour s'entraîner ou pour apprendre, de conseils, ainsi que l'histoire de certains mots et des championnats d'orthographe entrés dans leur dix-neuvième année. Pour tous les amoureux de la langue française qui adorent défier ses difficultés et jouer avec les mots, seuls ou en famille voici une véritable bible, amusante et instructive, à laquelle ont collaboré les spécialistes du jury des Dicos d'or

empty