Sciences Humaines

  • Un monde sans connards est possible !

    En fait, non. Désolés.

    Mais ça n'empêche pas d'y réfléchir.

    La connerie, chacun la connaît : nous la supportons tous au quotidien.

    C'est un fardeau. Et pourtant les psychologues, spécia­listes du comportement humain, n'ont jamais essayé de la définir.

    Mieux la comprendre pour mieux la combattre, tel est l'objectif de ce livre, même si nous sommes vaincus d'avance.

    Des psys de tous les pays, mais aussi des philosophes, sociologues et écrivains, nous livrent ici leur vision de la connerie humaine.

    C'est une première mondiale.

    Et peut-être une dernière, profitez-en !


    Sous la direction de Jean-François Marmion Psychologue et rédacteur en chef de la revue Le Cercle Psy.

    Avec les contributions de?: Dan Ariely, Brigitte Axelrad, Laurent Bègue, Claudie Bert, Stacey Callahan, Jean-Claude Carrière, Serge Ciccotti, Jean Cottraux, Boris Cyrulnik, Antonio Damasio, Sebastian Dieguez, Jean-François Dortier, Pascal Engel, Howard Gardner, Nicolas Gauvrit, Alison Gopnik, Ryan Holiday, Aaron James, François Jost, Daniel Kahneman, Pierre Lemarquis, Jean-François Marmion, Patrick Moreau, Edgar Morin, Tobie Nathan, Delphine Oudiette, Emmanuelle Piquet, Pierre de Senarclens, Yves-Alexandre Thalmann.

  • Nous aimons la politique autant que nous détestons ceux qui l'incarnent. Ils ne nous semblent jamais à la hauteur de nos espérances et des circonstances. Humains, trop humains... ou trop peu, parfois. Mais à trop noircir le trait, c'est la démocratie que l'on rature. Et les torts sont partagés. Car après tout, quel est le pire : gouverner ou voter comme des cons ? Ce livre collectif ne se veut ni un bêtisier ni une énième entreprise de dénigrement systématique de la politique, mais un ensemble de réflexions sur la responsabilité des gouvernants, des électeurs et des médias dans les crises de confiance à l'égard du pouvoir qui jalonnent notre histoire et culminent à notre époque.

    Avec les contributions de : Cécile Alduy, Laurent Auzoult, Michael C. Berhent, Dominique Bourg, Philippe Braud, Sophie Coignard, Tania Crasnianski, Christian Delporte, Pascal Froissart, Alain Garrigou, Jean Garrigues, Didier Georgakakis, Charles Haroche, Jean-Vincent Holeindre, François-Bernard Huyghe, Annie Jourdan, Karim Lebhour, Patrick Lemoine, Alexis Lévrier, George E. Marcus, Janine Mossuz-Lavau, Anne Muxel, Cédric Passard, Pascal Perrineau, Emmanuel Pinto, Didier Pourquery, Myriam Revault d'Allonnes, Romina Rinaldi, Brice Teinturier.

  • La psycho qui rend fou Nouv.

    Les pratiques les plus étranges de la psychologie et du développement personnel testées et (dés)approuvées par le directeur du best-seller Psychologie de la connerie.

    La psychologie fourmille de pratiques diverses et variées et parfois, il faut l'avouer, à la limite du loufoque. Jean-François Marmion, psychologue et ancien rédacteur en chef de la revue Le Cercle Psy, n'a écouté que son courage et en a testé pour vous ! Ainsi a-t-il hypnotisé des inconnus en pleine rue, testé l'écriture automatique, confié ses problèmes à un robot thérapeute ou bien encore traversé une expérience de mort éminente... Au total, huit expérimentations propices à l'introspection, mais qui n'ont jamais tourné comme prévu.

    Ce livre à la fois drôle et instructif, écrit dans un style enlevé, vous permettra d'entrer au coeur des thérapies et expériences psychologiques les plus extrêmes tout en restant bien au chaud dans votre canapé... ou votre divan.

  • Une mauvaise fée aux mille visages s'est penchée sur le berceau de l'humanité : la connerie. Elle chemine avec nous, fidèle entre les fidèles, se réinventant au fil des siècles et des cultures. Elle fustige les différences, réduit en esclavage, attise la violence, cultive la cruauté, dévoie les avancées technologiques, trahit les espoirs politiques, gangrène les idéologies, et saccage la planète. Elle suivra notre espèce jusqu'à la tombe, et la creusera peut-être. Le pire, c'est que nous en sommes plus souvent les complices que les victimes ! Du Néolithique à nos jours, plus de trente historiens nous dévoilent la vérité nue et biscornue sur la connerie.

  • Pourquoi l'élève s'investit-il à l'école?? Qu'est-ce qui fait courir le sportif?? Pourquoi s'engage-t-on dans un travail fastidieux?? Quelles forces guident nos choix, nos achats, notre vote?? ?

    La motivation représente l'une des plus grandes énigmes du comportement humain. Prenant racine dès l'enfance, elle est ce qui pousse à agir quand rien ni personne ne nous y obligent, mais aussi ce qui stimule la volonté au coeur de la difficulté et de l'ennui. Elle peut être suscitée - c'est le désir suprême de tout parent, professeur, manager ou thérapeute. Elle peut aussi être freinée voire anéantie par le stress, la fatigue, la dépression, le souvenir d'échecs passés. ?

    La recherche en sciences humaines a multiplié les théories et expériences depuis un demi-siècle. Elle ne fournit pas la recette, et d'une certaine manière, heureusement. «?Le bois dont l'homme est fait est si noueux que l'on ne peut y tailler des poutres bien droites?», écrivait Emmanuel Kant. Mais elle parvient à dissocier, avec de plus en plus de précision, les ingrédients qui font la différence : le sentiment d'efficacité personnelle, la façon dont on aborde ses propres contre-performances, l'interaction avec une personne de confiance, la capacité d'autodétermination, le besoin de reconnaissance...

    Avec les contributions de : Dan Ariely, Philippe Carré, Antonia Csillik, Muriel Darmon, Caroline Datchary, Carole Daverne-Bailly, Jean-François Dortier, Fabien Fenouillet, Cécile Fournier, Juliette Ghiulamila, Thomas Le Guennic, Jacques Lecomte, Frédérique Letourneux, Marc Levêque, Claude Lévy-Leboyer, Alain Lieury, Philippe Meirieu, Florence Mottot, Marc Olano, Rémi Sussan, Élise de Villeroy, Achille Weinberg, Philippe Zawieja.

  • Dans les Mondes indiens et chinois, des pensées, des religions, des philosophies prospèrent depuis longtemps. On les dit « sagesses », parce qu'on attend souvent d'elles des réponses que nous désespérons de trouver dans nos idéologies occidentales.
    Dans l'univers indien, on trouve la spiritualité de l'hindouisme comme du soufisme, l'exotisme du sikhisme ou du jaïnisme, la sérénité du bouddhisme des Anciens... Du monde chinois, on retient la méditation du bouddhisme du grand véhicule, les panthéons turbulents du bouddhisme tantrique ou du shintô, la morale confucéenne, la reconnexion taoïste ou chamanique avec la nature...
    Tout cela a une histoire, longue, complexe. Que nous allons explorer en détail. Nous verrons que les religions, en Orient comme ailleurs, sont faites de tolérance et de violence ; d'art et de négation ; de philosophie et d'idolâtrie... Bref, qu'on y trouve toujours ce que l'on cherche.

    Sous la direction de Laurent Testot. Avec les contributions de : Véronique Altglas, Stéphane Arguillère, Marc Ballanfat, Michel Boivin, Michel Brousse, Véronique Crombé, Jean-François Dortier, Marie-Dominique Even, Bernard Faure, Louis Gabaude, Vincent Goossaert, Romain Graziani, Roberte Hamayon, Michel Hulin, Cyrille J.-D. Javary, Kyong-Kon Kim, Alexis Lavis, Raphaël Liogier, François Macé, Éric Marié, Pierre Marsone, Rémi Mathieu, Denis Matringe, Fabrice Midal, Marc Olano, Jean-Pierre Osier, Marie-Louise Reiniche, Matthieu Ricard, Jean-Noël Robert, Charles Stépanoff, Ysé Tardan-Masquelier, Ingrid Therwath, Brigitte Tison, Fabien Trécourt.

  • « Beauté intérieure », mon oeil !
    « Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la Terre aurait changé », estimait Blaise Pascal. Si votre nez à vous était différent, ou la couleur de vos yeux, ou vos mensurations, c'est votre nombril qui en serait bouleversé. On a beau se répéter que la valeur n'attend pas le nombre des kilos, que la vraie beauté est celle de l'esprit, on sait pertinemment que, dans notre société du paraître inlassablement dénoncée par des intellectuels bien habillés, notre estime de soi reste étroitement tributaire de notre apparence. Dans cet ouvrage, nos experts analysent la laideur et la beauté dans le couple, au travail, à travers toute la sphère sociale, au fil de l'histoire et au gré des cultures. Et en tirent toutes les conséquences, sans hypocrisie. Bas les masques !

    Avec les contributions de : Jean-François Amadieu, Jean-Yves Baudouin, Christian Bromberger, Anne Carol, Jean-Pierre Changeux, Jimmy Charruau, Peggy Chekroun, Frédéric Godart, Agathe Guillot, Nathalie Heinich, Floriane Herrero, Jean-Claude Kaufmann, Lubomir Lamy, David Le Breton, Jean-Baptiste Légal, Pierre Lemarquis, Caline Majdalani, Frédéric Monneyron, Danielle Moyse, Bertrand Naivin, Jean-Baptiste de Panafieu, Xavier Pommereau, Isabelle Queval, Romina Rinaldi, Claudine Sagaert, Guy Tiberghien, Georges Vigarello.

  • De Théodule Ribot à Jacques Lacan, en passant par l'incontournable famille Freud ou Alfred Binet, des Principes de psychologie de William James au Merveilleux malheur de Boris Cyrulnik en passant par Comment se faire de bons amis ? de Dale Carnegie ou La mise en scène de la vie quotidienne d'Erving Goffman, ce livre vous permet de faire un « tour du monde » de la psychologie en 88 livres, tous plus significatifs les uns que les autres. À l'aune des connaissances actuelles, certains d'entre eux pourront vous faire rire ou vous effrayer, mais tous ont eu leur importance dans la construction de la discipline. Cette sélection de classiques, qui court de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours, vous présentera en filigrane l'histoire de cette discipline protéiforme, mais aussi celle de notre société, s'imprégnant peu à peu de nouveaux discours et paradigmes. Une vraie mine d'or !

    Avec les contributions de : Marie Bach, Céline Bagault, Cathy Bernheim, Claudie Bert, Alexis Bertin, Dominique Bourdin, Stéphane Breton, Stéphanie Buttay, Solenn Carof, Sylvie Chaperon, Sarah Chiche, Xavier De La Vega, Jean-François Dortier, Émilie Frenkiel, Lisa Friedmann, Martine Fournier, Catherine Halpern, Laurie Hawkes, Jacques Hochmann, Thierry Jobard, Nicolas Journet, Héloïse Junier, Jacques Lecomte, Gilles Marchand, Benoît Marpeau, Chantal Masquelier-Savatier, Andreas Mayer, Xavier Molénat, Magali Molinié, Maxime Morsa, Serge Nicolas, Marc Olano, Renaud Persiaux, Karine Philippe, Romina Rinaldi, Georges- Elia Sarfati, Martin Seligman, Cyril Tarquino, Sarah Terrien, Laurent Testot, Luc Teyssier d'Orfeuil, Anne-Claire Thérizols, Hélène Vaillé, Sophie Viguier-Vinson, Louisa Yousfi.

  • Le langage a toujours été une source de curiosité, de recherche, d'interrogations. Car c'est une sorte de miracle naturel et banal que nous puissions partager les idées et les sentiments de l'autre en échangeant avec lui des sons arbitraires.

    Le langage - oral et écrit - reflète notre culture et notre personnalité, il organise notre pensée, régit nos relations ; il constitue le principal support de la transmission intergénérationnelle, via l'école et les livres, permettant à chacun d'entre nous de profiter de façon cumulative de l'expérience, des découvertes et des pensés de nos prédécesseurs. Central dans nos vies et nos sociétés, il fait l'objet d'études dans de nombreux domaines : la linguistique, la sociologie, la psychologie...

    Plus récemment - ces cinquante dernières années -, les progrès des neurosciences ont ouvert une autre fenêtre sur le langage : son acquisition et son développement, son fonctionnement au niveau cérébral, et donc ses dysfonctionnements.

    C'est là l'objet de ce livre, destiné aux parents, aux enseignants, aux médecins et orthophonistes, et surtout au grand public curieux.

  • Tout le monde a une idée de ce qu'est l'autisme, mais personne ne pense à la même chose. Les uns imaginent des enfants prostrés, incapables de communiquer et risquant de se taper la tête contre les murs. D'autres songent à des génies hors normes, un peu geeks et parfois artistes, maladroits en société mais d'autant plus subversifs. Entre ces deux extrêmes - largement fantasmés -, chacun pioche des traits supposés typiques dans une palette presque infinie de comportements, symptômes et dispositions cognitives. Mais en réalité, en dépit de tendances communes, la diversité des formes d'autisme n'est pas loin d'épouser celle des individus, des personnalités ou encore des profils sociaux... Comment, dès lors, retracer l'histoire de l'autisme ? Peut-on identifier ses causes ou encore faire un état des lieux des prises en charge les plus prometteuses ? De l'« idiotie » aux « troubles du spectre de l'autisme », en passant par « l'autisme de Kanner » et « le syndrome d'Asperger », cette notion s'est beaucoup affinée depuis le XIXe siècle. Elle semble désormais ne pouvoir être comprise qu'à travers une approche elle-même diversifiée et multidisciplinaire, puisant tant dans les sciences humaines et sociales que dans la médecine et les sciences naturelles, et prenant en compte une multiplicité de facteurs possibles. En toile de fond, à l'heure où de nombreux chercheurs dénoncent une tendance au surdiagnostic depuis les années 1980, la question demeure de savoir si ce que l'on désigne comme « autisme » relève toujours d'un même trouble, et si cette notion ne recouvre pas des réalités qui seront amenées à être encore mieux discernées à l'avenir.

  • " L'Unique et sa Propriété ", dès sa publication en 1844, suscite un grand intérêt populaire et politique, notamment dans la polémique qu'il engage avec la gauche hégélienne, l'humanisme de Feuerbach et le communisme.
    Il sombre ensuite dans l'oubli. Stirner y proclame que les religions et les idéologies se fondent avant tout sur des superstitions. Il considère le nationalisme, l'étatisme, le libéralisme, le socialisme, le communisme ou encore l'humanisme comme des superstitions. Paradoxalement la féroce polémique engagée par Marx à l'encontre de L'Unique et sa Propriété en fait une lecture incontournable pour qui veut comprendre le marxisme.
    La critique de Stirner est en effet considérée comme décisive dans la conversion de Marx de l'idéalisme au matérialisme, dans son détachement de la philosophie humaniste de Feuerbach ainsi que dans sa rupture définitive avec le " socialisme utopique ".

  • L'humanologue N.3 Nouv.

    Dossier.
    Pourquoi le monde ne va pas s'effondrer (et comment s'y préparer).
    La peur de l'an mil n'a pas eu lieu. Celle du début du 21ème siècle est manifeste. En témoigne l'avalanche de livre, documentaire, conférences et discours alarmiste : au rythme actuel, le monde court à l'effondrement Le réchauffement climatique ou la limite des ressources sont des faits qui ne sont pas contestés ici : en revanche qu'elle conduise à une effondrement n'est ni évident ni démontré.
    L'histoire des anciens empires (de Babylone à la Chine en passant par Angkor) montre que le scénario d'effondrement fut l'exception et non la règle. Beaucoup de sociétés ont survécu et celle qui ont disparu ne se sont pas effondréeq sur elleq-mêmeq.
    Les récits d'apocalypse ont une longue histoire, de la Bible aux théories de l'effondrement en passant par la supposée crise finale du capitalisme, (que les marxistes attendent toujours). Ces grands récit apocalyptiques ont beaucoup de traits communs et une seule constante : ils se sont toujours trompés. On examinera pourquoi.
    Bonne nouvelle, selon toute probabilité, le monde du 21ème ne connaitra ni le pire. Mauvaise nouvelle il ne connaître pas non plus le ni le meilleur. C'est en examinant les forces d'inertie et les forces de changement dont sont capables les sociétés que l'on peut comprendre comment elles réussissent souvent à s'adapter, se transformer et faire face aux chocs. Ce qui suppose de sortir des discours fatalistes (tout est foutu) ou incantatoire (tout doit changer.

    Sommaire du dossier :
    Comment le monde ne va pas s'effondrer - Tout empire ne périra pas - L'apocalypse est de retour - Comment les sociétés font face au pire - Comment vivre dans un monde incertain.

    Rubrique : art de vivre.

    Chacun cherche sa voie.
    Faire de sa passion son métier : ne serait-ce pas l'une des recettes du bonheur ? À condition de savoir comment trouver cet accord harmonieux entre la vie réelle et sa vie rêvée.
    - Quand je serais grand. Où l'on montre que le choix de métier et les projets de vie, qui était nagure le lot de l'adolescence se prolonge toute au long de la vie. A 50 ou 60 ans, il est désormais possible de se construire un nouvel avenir.
    - Comment trouver sa vocation ? Comment les individus tentent de concilier leur projet de vie et leur vie quotidienne : parfois dans leur métier, parfois en menant une double vie et cultivant leur jardin secret. Une enquête nourrie de nombreux études de cas.

    Carnet de bord.
    Rencontres humanologiques.
    Dans chaque numéro, l'humanologue propose un carnet de bord, sorte de making off de l'humanologie en train de se faire. Dans le premier numéro, (comment on devient un humanologue, N°2, les tourments nocturne d'un humanologue).
    Dans ce N°3, sera consacrée à quelques rencontres humanologiques.
    Le lancement du Mook a été l'occasion d'une campagne réussie sur Ulule. Et donc de faire des rencontres étonnantes. Un ancien braqueur de banque, une jeune championne d'escrime, un banquier philosophe, un magicienne londonienne et aussi un préhistorien, un médecin urgentiste et un vendeur de saxophone. Ils sont de tous les âges, tous les milieux, et vivent dans plusieurs pays : mais ils partagent une curiosité commune.

    A lire aussi dans l'Humanologue.

    - L'abécédaire.
    C comme : cannibalisme, capitalisme, cartes mentales, chasseurs-cueilleurs, clafouti, connerie, culpabilité, conscience, cuisine, etc.

    - Miscellanées : citations - questions-réponses - tranche de vie.

  • Les humains sont des animaux étranges. Ils parlent, ils pensent, ils imaginent, ils inventent, ils créent. Ils se passionnent pour des choses curieuses : écrire ou lire des romans, jouer au ballon ou courir, regarder des séries ou pratiquer la danse de salon. Ils se battent - et meurent parfois - pour des idées. Ils sont doués de capacités extraordinaires.
    Les sciences humaines, qui les étudient depuis deux siècles, ont produit un savoir considérable sur leurs moeurs, leurs motivations, leur vie en société, leur psychisme et ce qui les fait agir. Mais ce savoir est dispersé et éclaté en une myriade de recherches spécialisées et de théories rivales. Et si on recollait les morceaux ? Et si on essayait de construire une vision globale de l'être humain, ses motivations, son psychisme, ses origines et son Histoire ?
    Voilà le propos de L'Humanologue : dessiner, durant 15 numéros à raison de 3 numéros par an, le portrait de l'être humain et de l'humanité.

  • Voici plus qu'un livre, un laboratoire d'idées. Les mots choisis ne sont pas des définitions statiques de LA psychologie, mais le reflet de théories et de concepts en mouvement. Dans cet ouvrage est proposé un état des lieux des grandes évolutions qui ont marqué l'étude du comportement des individus et de leurs processus mentaux depuis un siècle. Destiné à tous ceux qui s'intéressent à la psychologie, du néophyte au praticien, en passant par l'étudiant ou l'autodidacte, il y sera question aussi bien de la psychologie évolutionniste, des neurosciences, de la plasticité cérébrale ou des neurones miroirs.

  • Les humains sont des animaux étranges. Ils parlent, ils pensent, ils imaginent, ils inventent, ils créent. Ils se passionnent pour des choses curieuses : écrire ou lire des romans, jouer au ballon ou courir, regarder des séries ou pratiquer la danse de salon. Ils se battent - et meurent parfois - pour des idées. Ils sont doués de capacités extraordinaires.
    Les sciences humaines, qui les étudient depuis deux siècles, ont produit un savoir considérable sur leurs moeurs, leurs motivations, leur vie en société, leur psychisme et ce qui les fait agir. Mais ce savoir est dispersé et éclaté en une myriade de recherches spécialisées et de théories rivales. Et si on recollait les morceaux ? Et si on essayait de construire une vision globale de l'être humain, ses motivations, son psychisme, ses origines et son Histoire ?
    Voilà le propos de L'Humanologue : dessiner, durant 15 numéros à raison de 2 numéros par an, le portrait de l'être humain et de l'humanité.

  • On aurait tort de réduire l'économie à une affaire de courbes et de calculs savants. Encore plus de considérer qu'elle n'est accessible qu'à une élite de traders et de patrons du CAC 40. Elle est l'affaire de tous. Même si, il faut bien le reconnaître, la discipline peut paraître insaisissable au premier abord. Variété des modèles, paradigmes contradictoires, indicateurs abscons, querelles des méthodes, rivalités...
    Ce livre, dirigé par Clément Quintard, offre aux lecteurs un panorama des grands penseurs de l'économie - classiques comme modernes, orthodoxes comme hétérodoxes, de droite comme de gauche - qui ont oeuvré à la compréhension des phénomènes économiques et qui ont façonné cette discipline hybride, située à la confluence des mathématiques, de la sociologie, des statistiques, ou même de la psychologie.

    Sous la direction de : Clément Quintard. Avec les contributions de : Julia Bihl, Alexia Blin, Renaud Chartoire, Jean-François Dortier, Aurélien Espic, Guillaume Fondu, Hélène Frouard, Nicolas Gallois, Clara Guilliet, Gauthier Jacquemin, Vincent Lefort, Chloé Rébillard.

  • La ville durable est tout sauf un concept. Elle un ensemble de processus, d'expérimentations - voire d'utopies concrètes -, portés par des acteurs aux volontés singulières présents dans des territoires chaque fois différents. De Växjö en Suède à Loos-en-Gohelle en France en passant par Rennes, Bologne, Hambourg ou Dunkerque, les actions et les politiques environnementales traduisent des enjeux particuliers souvent contradictoires. Comment rassembler des logiques et des forces opposées : comment allier qualité de l'environnement, développement économique et justice sociale ? Que faire dans les territoires où la population est confrontée à la fois à la précarité économique, à la fragilité de son environnement et aussi à l'indignité de son habitat ? Comment repenser nos moyens de déplacement et rendre l'air de nos villes respirable ? Qu'espérer des innovations architecturales, des écoquartiers et de la montée en puissance des villes intelligentes ? Que faire pour mobiliser et responsabiliser les habitants ?

    Voilà quelques-unes des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans ce livre clair et concis.

    Avec les contributions de : Gaëlle Aggeri, Michel Agier, Bernard Barraqué, Christophe Beaurain, Sylvie Brunel, Philippe Clergeau, Julien Damon, Lisa Diedrich, Cyria Emelianoff, Dominique Gauzin-Müller, Frédéric Héran, Anne-Lise Humain-Lamoure, Marie Mangold, Régis Meyran, Véronique Michaud, Patrick Mundler, Maud Navarre, Patrick Norynberg, Jean-Marc Offner, Thierry Paquot, Chloé Rébillard, Roland Vidal.

  • On oublie souvent que l'humain se distingue des autres espèces animales par sa propension à croire en l'existence d'un monde surnaturel. C'est ainsi que derrière la banalité d'un réel immédiatement accessible, il y aurait un monde proprement spirituel doté de forces qui nous échappent et qui pourtant infléchissent puissamment nos vies... Nous sommes là dans l'univers de la croyance.

    Dans ce livre, l'auteur, s'attelle à la passionnante et troublante tâche d'identifier les processus psychologiques et cérébraux qui nous conduisent à croire une multitude de choses (simples superstitions, croyance en l'existence d'énergies non matérielles, pouvoir des rituels et des prières, capacités extrasensorielles, croyances religieuses, théories du complot...). Ces processus, pour la plupart inconscients, n'épargnent personne, pas même ceux qui affichent un scepticisme radical. À des degrés divers, les croyances trouvent toujours un espace pour se développer et conditionnent souvent à notre insu, nos vies, nos décisions, nos choix et notre rapport au monde. S'il ne fait aucun doute que les croyances sont des réponses naturelles aux difficultés inhérentes à nos vies et qu'ainsi elles participent à notre équilibre psychique, elles n'en constituent pas moins de redoutables tremplins à des comportements potentiellement dangereux pour le croyant comme pour la société dans laquelle il vit. En comprendre l'origine est donc essentiel.

  • Les hommes timorés, que tout changement emplit d'effroi, affectent de donner aux termes d'évolution et de révolution un sens absolument opposé. L'Evolution, synonyme de développement graduel, continu, dans les idées et dans les moeurs, est présentée comme si elle était le contraire de cette chose effrayante, la Révolution...

  • Jeunes ou vieux, malades ou bien portants, la santé nous concerne tous.

    Loin d'être une simple question médicale, elle se construit en interaction avec les domaines sanitaires, sociaux, culturels, politiques, éthiques. D'où l'intérêt croissant que lui portent les chercheurs en sciences humaines et sociales. Les professionnels du soin ne s'y trompent d'ailleurs pas. Ils multiplient les collaborations, et n'hésitent pas à intégrer les sciences sociales dans le cursus de leurs étudiants.

    L'ouvrage donne la parole aux spécialistes de diverses disciplines : historiens, sociologues, économistes de la santé, psychologues, médecins, infirmiers, ergonomes... et s'adresse à tous, du particulier, soucieux de mieux comprendre une question centrale de nos existences, aux professionnels désireux de nourrir leur réflexion sur un domaine en perpétuel changement.

    Avec les contributions de : A.-M. Arborio, C. Avril, J. Barbot, P. Bataille, J.-P. Besancenot, F. Brugère, J. Canonne, C. Capuano, M. Castra, M. Deshayes, S. Divay, B. Dormont, S. Fanzaing, O. Faure, C. Fournier, É. Giroux, C. Halpern, L. Hartmann, E. Hirsch, B. Jacques, D. Jourdan, P. Le Coz, G. Marchand, P. Marichalar, C. Marin, J.-F. Marmion, R. Meyran, X. Molenat, M. Navarre, F. Pierru, P. Pinell, C. Rabier, C. Rebillard, M. Robelet, F.-X. Schweyer, P. Steiner, L. Testot, F. Trécourt, P. Zawieja.

  • La démocratie semble, dans son principe, la façon la plus séduisante d'organiser le pouvoir dans une société. Le peuple se gouverne lui-même ou par ses représentants et chacun, étant à la fois gouverné et gouvernant, apprend à tenir compte de l'intérêt général aussi bien que de ses intérêts individuels. Aujourd'hui, tout semble différent. Au doute, né il y a une dizaine d'années avec la « crise de la représentation » et l'épuisement du modèle productiviste, entre autres, a laissé place la défiance et aux revendications la colère. Certes, les aspirations démocratiques, exprimées à travers le monde, n'ont jamais été aussi fortes, mais outre qu'elles sont durement réprimées par les pouvoirs en place, elles cohabitent avec une montée de la demande autoritaire que révèle notamment le succès électoral des partis dits « populistes ». Les « vieilles » démocraties, les mobilisations et les inquiétudes populaires s'expriment sur fond d'affaiblissement, perçu ou réel, du monde occidental. Tout se passe comme si le modèle, longtemps attractif, incarné par l'Europe et les États-Unis, était devenu un repoussoir, faute de tenir ses promesses.

    Ce livre, dirigé par Jean-Vincent Holeindre, fait le point sur ce qu'est la démocratie aujourd'hui. Après un premier ouvrage sur le sujet il y a dix ans, il fait appel à de nombreux spécialistes pour redéfinir ce que ce système politique est devenu après les multiples crises qu'il a rencontrées ces dernières années.

  • Edgar Morin, tout le monde connaît le nom, le visage, les engagements parfois, mais qu'en est-il de l'oeuvre ?

    Ni philosophe, ni sociologue, ni anthropologue, Edgar Morin est tout cela en même temps. Il est un penseur omnivore, passionné par tous les savoirs, toutes les disciplines, fuyant la compartimentation qui mutile la connaissance de l'être humain.

    L'oeuvre d'Edgar Morin est volumineuse et protéiforme et, vue de loin, ressemble à celle d'un touche-à-tout glouton. Il a d'abord ouvert de nombreux chantiers en anthropologie (essai sur la mort), puis en sociologie (la culture de masse, la jeunesse, la sociologie du présent), le cinéma, les rumeurs, la nature de l'URSS, avant de se consacrer à son grand projet : la théorie de la complexité.

    Car derrière l'apparent éclectisme, se révèle une unité profonde : une approche complexe de l'être humain - tiraillé entre des forces diverses qui s'unissent et se confrontent en lui. Ce livre souligne la cohérence d'une pensée qui germe, naît et grandit tout au long d'un siècle jalonné de soubresauts historiques, de découvertes scientifiques, de guerres et de crises.

  • Jean-Michel Blanquer et Edgar Morin partagent tous les deux un même idéal : celui de « l'école de la vie ».

    Mais qu'est-ce que cela veut dire ? L'école doit-elle préparer les enfants à affronter les épreuves de la vie ? À choisir une profession qui leur convienne ? Doit-elle former des citoyens ? L'école peut-elle permettre de s'émanciper ou de s'épanouir par le savoir ?

    De ces grands idéaux découlent des questions tangibles : quels apprentissages fondamentaux doivent acquérir les élèves ? Quelle est la place respective des humanités (l'enseignement de l'histoire, de la littérature, des langues anciennes), des sciences, des arts ou encore de la pratique, dans le parcours des élèves ?

    Et ces interrogations débouchent sur un enjeu plus concret encore : comment transformer l'école ? Par le haut ou par le bas ? Par les initiatives locales et l'autonomie, ou par la loi et les grandes réformes ? Quelle place les familles, les enseignants, les chefs d'établissements ont-ils dans les transformations de l'école ? Ou bien encore, quel est l'apport des neurosciences, ou des pédagogies actives, dans l'élaboration des programmes ?

    Avec respect, beaucoup de points d'accord mais aussi des divergences, le savant et le politique dessinent dans ce dialogue les contours de l'école dont ils rêvent pour demain.

empty